Stratégie


Des Occidentaux se demandent quelle sera l’essence même de leur destinée, en tant que Citoyen-Soldat, si un conflit survenait ? Quoi faire ? Quand et comment agir ? Les réponses sont ici :

La guerre moderne montre ses limites. Une armée occidentale, pourvue d’équipements encombrants ultras sophistiqués, d’instructions complexes et d’une hiérarchisation rigide, demeure fragile. Le fantassin 2.0, lourdement équipé d’un ensemble de systèmes regorgeant d’électronique, générant l’utilisation excessive d’un lot de batteries hétéroclites, est un individu qui combine paradoxalement énorme puissance et extrême fragilité.

Ce guerrier du vingt-et-unième siècle est également totalement dépendant d’un assortiment d’ordres stricts. Il demeure sans cesse en attente des directives fournies par un supérieur direct, qui n’a lui-même de cesse d’être à l’écoute d’une hiérarchie invisible. Ce système tentaculaire et très procédurier tend à brider la moindre initiative. En outre, plus dramatique encore, si la tête de commandement s’avère incompétente ou dépassée, c’est tout un bataillon de braves combattants qui se retrouve en difficulté.

Le Citoyen-Soldat ne fait pas partie d’une armée, et sa force réside dans une très large liberté d’action. S’insérant, idéalement, au sein d’un groupe constitué par cinq de ses pairs, il ne répond à aucun grand chef ; chaque équipe se suffit à elle-même et est parfaitement indépendante. De ce fait, il n’y a pas de leader à abattre, aucune tête à couper, pour l’adversaire. La résilience des groupes s’en trouve ainsi renforcée.

Nous vivons dans un monde où les frontières ne sont plus que des lignes sur une carte, où les territoires occidentaux sont fragmentés, les cultures s’entrechoquant au sein de zones fortement communautarisées, certaines larvées par la pauvreté, l’intégrisme religieux ou le nationalisme. Si le chaos venait à frapper cette société hétérogène, une armée professionnelle, faible en hommes et en matériels, au budget famélique, ne saurait vaincre le mal seule.

Voici donc comment devra agir le Citoyen-Soldat
Telle une meute de loups se fondant dans le décor, l’audace, l’infiltration et la surprise doivent compenser le sous nombre. Une tactique de guérilla est de mise, et la discrétion est le maitre mot qui caractérise cette infanterie légère en constant déplacement. Les combats se font à courtes distances.

Dans l’idéal, ce groupe doit comporter un leader naturel ainsi qu’un infirmier ; à savoir que chaque combattant devrait être à minima secouriste (SST, PSC1, PSC2). Les armes sont essentiellement ce que le tireur sportif aura eu la possibilité d’acquérir ; à noter qu’un fusil de précision par section ne serait pas du luxe. L’équipement dont il a besoin est disponible sur internet (jumelles de vision nocturne, mini-drone, émetteurs-récepteurs, protection balistique ou simplement corporelle, etc.).

Le Citoyen-Soldat d’Occident est un homme du peuple, qui comprend par avance qu’un État en déliquescence ne pourra assurer sa protection ; il devra agir lorsque son mode de vie sera violemment menacé. Il est au service de sa terre et de son identité culturelle. Il constitue la force principale de sa civilisation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire