Prenez garde au vol de votre histoire


La dislocation de la France par l’oubli volontaire de ses racines est un crime de Haute Trahison. Elle suit néanmoins son cours, sans même passer aux forceps. Des Occidentaux s’en plaignent ? Peu importe : on les dénigre, on les stigmatise, en utilisant au besoin le package low cost et tellement prévisible de l’islamo-gauchiste : le racisme, fascisme, nazisme et l’islamophobie du contestataire.

Et puis quand bien même des historiens courageux protesteraient avec un acharnement jugé étrange, l’élite politique avance aveuglément. Pas si étonnant, en fait, quand on sait avec quelle opiniâtreté la République des oligarques est attachée à son dogme décadent, celui d’une obéissance absolue aux « Maîtres » mondialistes ; une idée qui n’est malheureusement pas nouvelle. Les Anglo-saxons nous révèlent pourtant l’échec de leur tentative multiculturelle ; mais peu importe, le navire français suit son cap… jusqu’aux récifs.

L’enseignement de l’histoire, pouvant contrarier l’intégration des immigrés extra-européens, est devenu anecdotique au sein des programmes scolaires. Il faut dire que l’arabo-berbère musulman et le Noir se gaussent du Gaulois et des Francs. Face à la contrariété que cela leur occasionne, le traître républicain s’empresse alors de s’excuser et jure que l’on ne l’y reprendra plus. En conséquence, Clovis, Jeanne d’Arc, Louis XIV et bien d’autres illustres personnages de notre histoire sont passés à la trappe. Les croisades ? Aïe ! Surtout pas, sauf si l’on affirme sans retenue que le Blanc chrétien était le méchant agresseur. La Renaissance et Napoléon Bonaparte suivent le même chemin vers l’oubli…

Cependant, la République mondialiste a atteint ses limites et le danger d’une implosion menace ; un pays très ancré dans son histoire, et digne héritier d’une culture ancestrale, ne peut se dissoudre dans le bouillon de races trop incompatibles. Le mélange ne prend pas.

La cocotte-minute finira par exploser et tout le monde y perdra.

Le Citoyen-Soldat d’Occident ne doit pas se laisser priver de ses repères. La connaissance de son passé fait partie intégrante de ses leçons. La fierté et la réflexion qu’il en retire ne peuvent que lui être profitables.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire