Développer sa résilience


L’Homme issu du vieux continent a perdu toute capacité de résistance. À mesure que notre société se modernise, sous l’œil avisé d’une science sans cesse en progrès, nous devenons de moins en moins forts. Le confort et la facilité s’immisçant dans chacune de nos actions, au point d’attendrir nos esprits jusqu’à l’exagération, nous sommes sans relâche couvés et surprotégés.

L’Occident en est arrivé, aujourd’hui, au point de se complaire dans le rôle de victime. Victime d’avoir jadis été la civilisation dominante et de ne pas s’être toujours comportée avec sagesse. Victime de la passivité de ses élites. Victime d’un désir aigu de repentance et de compassion à l’égard des autres peuples, jadis soumis. Mais nous sommes également les martyres d’un assistanat poussé à l’extrême. Et le déni savamment cultivé des médias et de nos dirigeants, face à la cruelle réalité du monde, nous délivre sous perfusion un bonheur aussi artificiel que sournois.

Les citoyens occidentaux sont devenus à ce point apathiques que, dès lors qu’on leur évoque la possibilité d’une rupture de leur mode de vie, qu’il s’agisse d’une catastrophe naturelle, des prémisses d’une guerre civile, voire, pour certains, une simple perte d’emploi, beaucoup avouent préférer le suicide à l’affrontement !

Le Citoyen-Soldat d’Occident doit chaque jour se préparer à mieux supporter les épreuves dressées sur son parcours. Il doit accroître sa capacité de résilience avant qu’un drame survienne sur le cheminement de sa destinée.

Accepter l’événement traumatisant, l’analyser avec l’aide de ses pairs et chercher à le surmonter est le meilleur moyen d’y survivre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire